Mines antipersonnel : 20 ans après le Traité d’Ottawa, finissons le travail

20 $
Montant amassé
0 %
Objectif : 20,000 $
Organisateur : Handicap International Canada
Échéance : 23 janvier 2018
Je soutiens cette collecte !

Il y a 20 ans, le Traité d’Ottawa interdisant les mines antipersonnel était ouvert à la signature, marquant une victoire diplomatique sans précédent dans la lutte contre les armes des lâches. Grâce à lui, à l’engagement du Canada et de la société civile internationale, le nombre de victimes a diminué, des millions de mines ont été détruites et l’utilisation de ces armes a été quasiment stoppée. Néanmoins, depuis 2014, les nombreux conflits en cours voient l’utilisation de mines augmenter, et le nombre de nouvelles victimes s’accroître.

« Les mines, encore présentes dans 63 pays et territoires, continuent de blesser et de tuer. Presque toutes les heures, une nouvelle victime de ces armes est recensée dans le monde, déclare Anne Héry, directrice du Plaidoyer à Handicap International (HI). Plus des trois quarts de ces victimes sont des civils et un tiers d’entre elles sont des enfants. »

En 2015, les pays suivants ont payé un lourd tribut en termes de victimes des mines antipersonnel :

Afghanistan (1 310)

Libye (1 004)

Yémen (988)

Syrie (864)

Ukraine (589)

 

Ces pays ont enregistré la majorité des nouvelles victimes des mines antipersonnel – industrielles ou de fabrication artisanale – et restes explosifs de guerre. À eux seuls, ces 5 pays représentent 74 % des victimes recensées en 2015.

D’autres pays, comme la Colombie ou l’Irak, font partie des endroits de la planète les plus pollués par les mines.

 

L’anniversaire du Traité d’Ottawa est l’occasion de rappeler aux États qu’ils doivent rester mobilisés contre les mines, pour que cesse définitivement toute utilisation, que les financements nécessaires à leur éradication soient à hauteur de la tâche encore à accomplir et pour que les victimes ne soient pas oubliées. Ensemble, finissons ce combat !

Votre don contribuera à financer nos activités de déminage et d’assistance aux victimes.

Coût d’une mine antipersonnel : 3 $

Coût de l’élimination d’une mine : 300 à 1 000 $

Dans la plupart des cas, seul le déminage manuel est possible, en raison de la présence de tapis végétal dense, d’accidents de terrain, etc. Déminer une surface de 1 km2 peut coûter plus d’un million de dollars. L’objectif de cette collecte est de 20,000 $, une somme qui nous permettra d’approcher d’autres contributeurs, comme les États ou les Fondations, afin de multiplier l’impact de votre don !

20,000 $ pour les 20 ans du Traité d’Ottawa !

Le texte final du Traité d’Ottawa a été adopté le 18 septembre 1997, sous l’impulsion de la Campagne Internationale pour interdire les mines antipersonnel (ICBL) dont Handicap International (HI) est membre fondateur, et du Ministre canadien des Affaires étrangères de l’époque, Lloyd Axworthy. Il interdit l’emploi, la production, le transfert et le stockage des mines antipersonnel et prévoit l’assistance aux victimes. Il s’agissait d’une première mondiale et d’une très grande victoire pour les États et les associations mobilisées : c’était la première fois qu’un traité interdisant une arme conventionnelle était adopté. Le Traité a été ouvert à signature les 3 et 4 décembre 1997 à Ottawa. Il est entré en vigueur le 1er mars 1999.

1. Montant du don

$ cad

En tant qu’organisme reconnu par l’Agence du Revenu du Canada (No: 88914 7401 RR0001), tous les dons sont éligibles à un reçu fiscal. Chaque donateur participant à une collecte recevra ce reçu automatiquement par courriel après validation du don.

2. Mes coordonnées

* Les champs marqués d'un astérisque sont obligatoires.